« Le premier des droits de l’homme est celui de pouvoir manger à sa faim. »

Cette belle citation de Franklin D. Roosevelt est conforme à l’article 25 de la Déclaration universelle des droits de l’homme : « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ».

L’alimentation est donc un droit humain fondamental et universel qui appartient à chaque personne et chaque groupe humain d’avoir accès à la nourriture, non pas uniquement comme un besoin. L’existence des Banques alimentaires à travers le monde s’appuie sur ce droit fondamental et leur objet vise ainsi à permettre à l’être humain de se restaurer et par la même occasion de lutter contre le gaspillage alimentaire. La Banque alimentaire de Côte d’Ivoire s’inscrit entièrement dans cette dynamique et s’engage, dans le respect des chartes d’éthique des Banques alimentaires à travers le monde, à apporter de l’aide alimentaire aux populations ivoiriennes les plus démunies. Sa vocation est purement humanitaire et son objectif est d’aider l’homme à se restaurer, dans son double sens (biologique et psychologique), en luttant contre le gaspillage, la malnutrition et la sous-nutrition. La faim et la malnutrition restent aujourd’hui au cœur de la problématique de la lutte contre l’extrême pauvreté en tant que dimension importante du développement social et humain.

Ces dons qui sont reçus et redistribués gratuitement représentent de réels moyens de subsistance pour les personnes en situation de précarité. C’est donc une véritable chaîne de solidarité qui se met en marche. Grace à nos efforts conjugués, nous fournirons à nos communautés plus que de la nourriture. Nous donnerons de l’espoir. Donner à manger à quelqu’un satisfait certes les exigences physiques de la faim mais aussi et surtout le besoin émotionnel de réconfort. La Banque Alimentaire de Côte d’Ivoire ambitionne de jouer pleinement son rôle d’interface logistique entre le tissu économique et le milieu associatif, permettant ainsi aux différentes associations partenaires d’être libérées de leur contrainte d’approvisionnement et de se consacrer au mieux à leur mission d’éducation et de réinsertion sociale.Au-delà de la ville d’Abidjan et sa périphérie, notre objectif est de toucher les zones rurales afin de permettre une meilleure accessibilité à tous et participer par la même occasion à la sensibilisation sur l’importance d’une bonne nutrition, gage d’une bonne santé.Cette ambition n’est nullement prétentieuse et nous sommes rassurés, qu’avec l’aide et l’implication de tous, nous y parviendrons.

Je vous remercie

AC4A9351C